Accueil » Actualités » La baisse de la BCE bénéfique aux crédits à la consommation

La baisse de la BCE bénéfique aux crédits à la consommation

La décision prise par la BCE de baisser ses trois taux directeurs jeudi est historique et devrait avoir un effet bénéfique sur les prêts à la consommation. Elle n’a pourtant pas enthousiasmé les marchés. La bourse finit la semaine en baisse et le fonds monétaire international par l’intermédiaire de son directeur, Christine LAGARDE, émet des réserves sur l’efficacité de la méthode.

Quelles conséquences sur l’économie ?

La crise est profonde, mondiale et touche tous les pans de l’économie. Les dettes ont plongé de nombreux pays dans un chaos économique et une récession sans précédant. Dans ce contexte peu réjouissant, le rôle de la BCE est d’apporter son soutien à l’économie européenne et plus précisément à la zone euro. Pour cela, elle dispose de plusieurs armes dont la baisse des taux directeurs est la plus connue.

Parmi les faits qui ont motivés la décision de Mario DRAGHI, le directeur de la Banque Centrale Européenne, est le net ralentissement du nombre de crédits distribués par les banques.  Or le crédit reste le fer de lance de la consommation, que tous s’accordent à devoir relancer pour créer de la croissance.

Les banques disposent de moyens pour prêter plus

Le problème du financement concerne directement des banques jugées particulièrement frileuses quand il s’agit de prêter de l’argent tant aux particuliers qu’aux entreprises. En Cela, la décision de la BCE devrait les inciter à changer leur politique.

D’une part le taux de refinancement est passé à 0,75%, son niveau historique le plus bas est particulièrement avantageux pour les prêteurs et d’autre part les dépôts ne rapporteront plus rien puisque le taux de facilité de dépôts a été ramené en même temps de 0,25% à 0. Dans ces conditions les banques n’ont plus aucun intérêt à laisser dormir leur argent.

Par ailleurs, rappelons que le nombre de prêts à la consommation est en nette baisse. L’ASF  a montré dans ses résultats de mai dernier qu’un fléchissement général touchait autant les crédits affectés que non-affectés et portait la baisse annuelle cumulée sur 2012 à plus de 9%, comparativement aux montants prêtés sur la même période en 2011.

Baisse attendue des taux

C’est une des conséquences directes attendue depuis  l’annonce de jeudi. Les taux directeurs impactent essentiellement les taux à court terme dont dépendent les prêts conso alors que les crédits immobiliers dépendent plus directement des taux à long terme comme l’OAT (taux des obligations …..)

Mais rien ne garantie aujourd’hui que l’objectif de la BCE sera atteint. D’une part, c’est aux banques de décider d’une éventuelle répercussion de la baisse du taux de refinancement (REFI) sur leurs propres taux et rien n’affirme qu’elles en ont la volonté. Une baisse symbolique n’aurait d’ailleurs aucun effet. D’autre part, il faut reconnaître que les inquiétudes qui pèsent sur l’avenir n’incitent pas les ménages à s’endetter.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus