Accueil » International » Baisse du marché obligataire de l’Espagne et l’Italie

Baisse du marché obligataire de l’Espagne et l’Italie

Alors qu’ils étaient remontés en fin de semaine dernière, les marchés obligataires espagnols et italiens, dont les économies sont mises à mal par des taux toujours très élevés, ont amorcé une nouvelle détente lors de la séance du mardi 8 janvier.

Le taux espagnol sur 10 ans

Baisse taux à 10 ans de l'EspagneLe taux obligataire espagnol sur 10 ans a terminé la séance de mardi en baisse à 5,080%. De bonne augure au moment même où le trésor espagnol s’apprête à lever 230 milliards d’euros en 2013.

On est loin aujourd’hui des sommets atteints à l’été. Il faut dire que le plan de rachat massif des obligations espagnoles annoncés par la BCE en septembre dernier a largement contribué à la détente. L’aide de la zone Euro était destinée en partie au sauvetage de 4 banques d’Etat espagnoles.

A savoir : le marché secondaire est celui où s’échange les obligations déjà émises.

Pour information, rappelons que les taux allemands restent les plus bas à 1,448% alors que les taux français et britanniques se situent respectivement à 2,106% et 2,027%. On peut ainsi mesurer à quel point le niveau des taux espagnols et italiens restent élevés.

Les taux obligataires italiens

L’Italie quant à elle enregistrait également une baisse avec un taux obligataire qui est passé de 4,348% à 4,287% dans la même journée.

Alors que tous s’accordent à reconnaître l’excellent travail accompli depuis plus d’un an par le gouvernement de Mario Monti, l’avenir politique du pays se décide prochainement avec les élections législatives de février. Des résultats des urnes dépendra la politique économique que mènera l’Italie en 2013. Reste à savoir si le prochain gouvernement saura poursuivre la politique de rigueur budgétaire.

L’OCDE reconnaissait récemment que l’horizon de l’économie italienne s’éclaircissait même si la situation actuelle fait état d’un taux de chômage de plus de 11% et que l’Italie n’est toujours pas sorti de la récession.

En attente de la réunion de la Banque Centrale Européenne

Même si cette baisse est bonne à prendre, elle ne signifie en rien que les taux de l’Espagne et de l’Italie entament une nouvelle période de détente. Les investisseurs restent par ailleurs attentistes en prévision des prochaines décisions de la Banque Centrale Européenne.

Si certains économistes s’attendent à une baisse des taux, la plupart des observateurs tablent sur un statu-quo et parient sur un nouvel abaissement dans quelques mois.

Alors que la BCE ne prévoit pas de reprise avant 2014, le patron de l’institution, Mario Draghi appelait les gouvernements européens à maintenir leurs efforts pour rééquilibrer les budgets et diminuer la dette.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus