Accueil » Actualités » La banque postale au secours des collectivités locales

La banque postale au secours des collectivités locales

Après Bercy qui avait débloqué 10 milliards d’euros en février dernier, c’est au tour de la Banque Postale de dégager une enveloppe de 4 milliards pour venir au soutien des collectivités locales. Une mobilisation indispensable pour faire face à une crise de liquidité inquiétante.

L’activité de financement du groupe LPB-CDC pas encore opérationnel

On se souvient que les opérations de démantèlement de DEXIA avaient abouti à la cession des activités de financement aux collectivités locales à un groupe composé d’une part de la Caisse des dépôts pour 35% et d’autre part de La Banque Postale pour 65%.

Cette nouvelle structure va devoir intervenir dans un contexte de crise financière internationale et faire face aux graves difficultés de liquidité auxquelles sont confrontés les collectivités. La toute nouvelle Banque Postale de Développement Local a donc du pain sur la planche. Cette dernière vient d’annoncer le déblocage d’une enveloppe de 4 milliards d’euros (contre 2 prévus initialement) pour faire face à la crise de liquidités qui menacent les collectivités.

La Caisse de Dépôts participe par ailleurs à l’aide décidée en février dernier par le gouvernement et débloquera 5 milliards supplémentaires provenant de son fonds d’épargne. Cette somme est destinée à financer les besoins à très court terme (moins de 12 mois).

Cette aide a été saluée comme il se doit, à commencer par le président de l’association des maires des grandes villes françaises, Michel DESTOT qui s’est félicité de cette décision. Rappelons que l’AMGVF avait durement réagi à la décision de DEXIA de ne pas reconduire un certain nombre d’emprunts à court terme et demandé au gouvernement d’intervenir.

Par ailleurs, depuis de nombreux mois, les impayés se multiplient chez DEXIA. De nombreuses mairies faute de solution de refinancement refusent d’honorer leurs échéances, notamment celles de prêts à court terme. D’autres collectivités ont choisi de porter leur différent devant la justice. Il concerne principalement les emprunts « toxiques » distribués à une époque par la banque belge.

L’aide de Bercy

L’aide annoncée en février dernier sera distribuée par l’intermédiaire des banques françaises. Rappelons qu’en février dernier, le ministre des finances de l’époque, François BAROIN, en concertation avec le service de la médiation du crédit et de la Banque de France avait décidé de soutenir les collectivités locales et certaines administrations comme les hôpitaux publics.

Même discours chez les nouveaux locataires de Bercy, qui par l’intermédiaire de leur nouveau patron, Pierre MOSCOVICI ont rappelé récemment l’urgence de la situation dans laquelle étaient plongé de nombreuses communes françaises. Il faut savoir qu’un grand nombre d’entre elles sont ainsi obligées de geler leurs projets d’équipements et d’infrastructure, faute de financement.

Préparer « l’après-Dexia »

L’après-Dexia s’organise donc doucement et le nouveau pôle de financement aux collectivités locales se met donc en place. Toutefois, ces mesures ne font que régler certaines urgences et ne répondent qu’aux besoins à court terme. Par ailleurs, les montants sont insuffisants pour couvrir tous les besoins auxquels les collectivités devront faire face en 2012-2013 et ne permettent pas de financer les investissements à moyen et long terme.

Comme le rappelait Michel DESTOT, les mairies ont besoin de solutions durables. C’est donc à la Banque Postale de Développement Local de prendre la mesure de sa mission.

La nouvelle entité devra également reconstruire le lien de confiance avec les collectivités locales que les dérives de DEXIA avaient en partie détruit.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus