Accueil » Actualités » Baisse du nombre de crédits en mai 2012

Baisse du nombre de crédits en mai 2012

La question est récurrente mais se pose avec plus d’acuité dans cette période d’incertitudes économiques. La crise financière que nous traversons a peu de précédents et nous sommes loin d’en avoir terminé.

Les États, de nombreuses collectivités locales (régions, départements et communes), ainsi que certaines administrations sont endettées, parfois engluées dans les emprunts toxiques proposées par Dexia.

De plus, la croissance fait cruellement défaut pour permettre aux dirigeants de trouver des solutions qui donnent des effets rapides.

Une baisse régulière depuis un an

Dans ce contexte, la baisse des crédits, enregistrée ces derniers mois sonne comme un appel à la Banque Centrale Européenne à agir. Celle-ci est souvent intervenue pour relancer le financement aux entreprises et aux particuliers, confirmant toute l’importance que revêt le crédit dans la relance à la consommation et le soutien à l’économie.

Mais cette publication de la BCE n’est certainement pas une surprise. Les entreprises et notamment les PME-PMI et encore plus les TPE souffrent de problèmes de trésorerie depuis le début de la crise et nous savons que les banques ont nettement durci leur conditions d’octroi de crédits aux particuliers. On a pu d’ailleurs constater dans le domaine des crédits immobiliers que les banques de réseaux ne souhaitaient plus financer de projets sur des durées au delà de 25 ans (contre 30 auparavant). Et les durées de crédit ne finissent plus de baisser. De plus, elles exigent de l’emprunteur qu’il dispose d’un apport personnel pour financer les frais annexes à l’acquisition, ce qui constitue un frein pour les candidats à la primo-accession.

N’oublions pas qu’il y a quelques mois encore les pouvoirs publics « exhortaient » les banques à reconstituer leurs capitaux propres. Ces dernières ont sans doute la volonté de diminuer leurs engagements.

Les prêts aux logements s’écroulent en mai

Les récentes statistiques publiées par la Banque de France reprennent un communiqué de la BCE et donne des précisions sur l’état des crédits sur Mai 2012. Nous nous sommes intéressés aux prêts consentis aux ménages ainsi qu’à ceux octroyés aux sociétés non financières (donc exclus les banques, assurances et fonds de pension).

Les prêts aux ménages subissent une baisse spectaculaire en mai 2012 par rapport au mois précédant, avec seulement 2 milliards d’euros consentis (7 en Mars et Avril 2012).

En regardant plus en détail les chiffres, on remarque cependant que la chute concerne principalement les prêts au logement (seulement 1 milliard en Mai contre 7 en avril et 10 en mars). Même s’il est trop tôt pour en tirer des conclusions, ces résultats ont de quoi inquiéter.

La BCE a t-elle encore les moyens d’intervenir ?

De nombreuses personnalités pensent que la BCE doit baisser à nouveau les taux d’intérêt, comme elle a su le faire par le passé. Mais en a t-elle encore les moyens car accaparée par le rachat des dettes publiques de la Grèce, de l’Espagne, du Portugal ou encore de l’Italie, la Banque Centrale Européenne peut-elle soutenir le crédit ? La question se pose évidemment au vu des sommes engagées pour le rachat des obligations de ces pays.

 

Dégradation de la situation économique

Mais il n’est pas certain qu’une intervention de la BCE soit suffisante pour relancer l’activité du crédit. La conjoncture économique et le lot d’incertitudes qu’elle fait peser sur la vie des ménages restent un frein à l’endettement. De plus, les prix de l’immobilier n’ont pas permis de fluidifier le marché qui reste toujours difficilement accessibles aux jeunes actifs et aux ménages à revenus modestes.

Enfin, les récentes coupes budgétaires de la dernière Loi de Finances avec notamment le recentrage du prêt à taux zéro dans le neuf et la fin annoncée du dispositif SCELLIER n’ont fait qu’aggraver une situation de plus en plus compromise.

Mots clé:
© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus