Accueil » International » Chypre : la taxe ne s’appliquera pas aux petits épargnants

Chypre : la taxe ne s’appliquera pas aux petits épargnants

La proposition de taxer les dépôts des banques chypriotes n’en finit pas de défrayer la chronique et de créer des polémiques. Les bourses s’inquiètent, la Russie menace et les autorités du pays sont divisées.

Le parlement divisé

Reporté à deux reprises, le vote du plan de sauvetage des banques pourrait trouver une issue mardi 18 mars, date du nouveau vote des députés chypriotes. La proposition du ministre des finances, Michalis Sarris de taxer essentiellement les comptes de plus de 100 0000 euros est de nature de convaincre bon nombre d’opposants et a trouvé un écho favorable au sein de l’Union Européenne.

La Russie particulièrement concernée par la taxation des dépôts chypriotes

Vote de l'aide européenne à ChypreLa relation qu’entretiennent les russes avec les banques chypriotes rend leur situation particulière. Les grandes fortunes russes mais aussi les classes moyennes placent une bonne partie de leur avoir à Chypre.

Récemment le président Vladimir Poutine a même indiqué qu’il jugeait les exigences européennes injustes et dangereuses. Même s’il est impossible de chiffrer avec précisions le montant des avoirs russes dans les banques chypriotes, il serait estimé à près de 20 milliards d’euros.

Le plan de taxation des dépôts bancaires

La seule annonce d’une possible taxation a créée un vent de panique et les chypriotes se sont empressés de retirer ce qu’ils pouvaient par l’intermédiaire des distributeurs de billet, le gel des avoirs des banques de Chypre empêchant tout retrait au guichet. Cette mesure concerne tous les épargnants : résidents et non-résidents.

Il faut dire que la taxation des dépôts bancaires est une première. Rien de tel n’avait été exigé pour les autres pays : l’Espagne, l’Italie, l’Irlande, le Portugal ni même la Grèce.

Le principe d’une taxation des plus modestes à hauteur de 6,75% (taux pour les dépôts jusqu’à 100 000 €) a déclenché une levée de boucliers et obligé le gouvernement chypriote à envisager une répartition différente des taxes tout en tenant compte de l’objectif européen de récupérer 5,8 milliards d’euros. Rappelons que la taxation était initialement prévue de 9,9% pour les dépôts supérieurs à 100 000 euros.

Faut-il craindre une propagation de la mesure en Europe ?

A l’évidence non. Même si les bourses européennes ont mal réagi, cette mesure est exceptionnelle est reste liée à la particularité du système bancaire chypriote. Celui-ci est un paradis fiscal prisé par de nombreux ressortissants étrangers. Anomalie significative, les sommes figurant au bilan des banques représenteraient 7 fois le PIB du pays, le passif des banques qui ne comportant que des dépôts.

Nos autres articles internationaux
© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus