Accueil » Actualités » Qui pour diriger la BPI ?

Qui pour diriger la BPI ?

Si Jean Pierre Jouyet est pressenti pour prendre la présidence du conseil d’administration de la toute nouvelle Banque Publique d’Investissement, plusieurs candidats devraient s’opposer pour prendre la tête de la future direction générale.

Un fauteuil pour trois

Nouvelle direction générale de la BPILe poste occupé par Jean-Pierre Jouyet, actuel directeur général de la Caisse de Dépôts et Consignations le désigne naturellement pour présider le conseil d’administration, même si la l’annonce officielle ne devrait intervenir que lors du conseil des Ministres du 17 octobre.

C’est en effet la date à laquelle le premier ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici dévoilera en détails les contours de la Banque Publique d’Investissement.

Le décret d’application devait sortir avant la fin de l’année et sera sans doute opérationnel dès janvier 2013.

Rappelons que la future holding fonctionnera avec un conseil d’administration où siégeront à parité des représentants de l’Etat et de la Caisse de Dépôts et Consignations et une direction générale nommée par l’Etat. Les régions seront organisées avec des administrateurs et disposeront d’une grande autonomie.

La presse économique fait état de trois noms qui sont pressentis pour occuper le poste de directeur général.

  1. Tout d’abord Louis Gallois, l’actuel commissaire à l’investissement, à qui le premier ministre, Jean Marc Ayrault a demandé un rapport sur la compétitivité qui doit être remis début novembre. Ce haut fonctionnaire expérimenté a fait ses armes à la direction du Trésor avant de prendre la tête de plusieurs grandes entreprises comme la SNCF, AEDS ou encore AIRBUS.
  2. Ensuite Dominique Marcel, actuellement membre du comité de direction et du comité de groupe de la Caisse des Dépôts en charge de la direction des finances et de la stratégie et président de la Compagnie des Alpes. Il a fait une partie de sa carrière à direction du Trésor où il est entré en 1983.
  3. Enfin, Anne Lauvergeon ancienne dirigeante d’Areva, qui fait figure de favorite. En effet, nombreux sont ceux qui louent sa réussite au sein du groupe nucléaire français dont a elle a été évincée en 2011. On se souvient d’ailleurs que son départ avait fait couler beaucoup d’encre. Ses différents avec Henri Proglio, nommé à la tête d’EDF par Nicolas Sarkozy avaient fini par avoir raison  « d’atomic Anne« , même si ce n’était sans doute pas la seule raison de sa mise à l’écart. Par la suite, Anne Lauvergeon s’en était pris ouvertement à la politique nucléaire de l’Elysée.

Le futur rôle de la BPI

La crise financière a montré les limites du financement aux entreprises, contraintes de faire souvent appel à un médiateur du crédit pour régler un litige avec leur banque et prouvé une fois de plus la frilosité des banques françaises à financer les PME.

Promesse de campagne du candidat Hollande, la nouvelle Banque Publique d’Investissement sera la propriété de la Caisse des Dépôts et de l’Etat (actionnariat à 50%) et disposera de moyens sans doute élargis auprès des PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) puisqu’elle on parle d’un volume d’engagement de 30 milliards d’euros voire plus. Elle agirait de trois manières :

  • En octroyant directement des prêts
  • En intervenant dans le capital des entreprises
  • En garantissant les prêts octroyés par le réseau bancaire traditionnel ou par elle-même.

Les structures actuelles ont pourtant joué leur rôle auprès des PME innovantes ou tournées vers l’exportation à travers :

  • OSEO qui intervient en garantissant des emprunts ou en finançant directement certains projets en collaboration avec des groupes bancaires.
  • Le FSI (fonds stratégique d’investissement) qui prend part au capital des PME innovantes et les accompagne sur des projets à moyen et long terme.

Ainsi, la BPI s’appuiera sur ces canaux et donnera un réel pouvoir aux régions.

Par ailleurs, les moyens de la future BPI proviendront entre autre d’une partie de la collecte effectuée sur les livrets de développement durable. Rappelons que le plafond du LDD a récemment été doublé par Bercy et que le décret d’application est entré en vigueur au 1er octobre 2012.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus