Accueil » International » Forte hausse des prêts à la consommation aux Etats-Unis

Forte hausse des prêts à la consommation aux Etats-Unis

Les chiffres que vient de publier la FED sur les prêts à la consommation distribués aux États-Unis pour le mois de mai constituent la plus forte progression sur 2012.

Une économie qui tourne au ralenti

Ces statistiques seront-elles suffisantes pour relancer la consommation américaine ? Rien n’est moins sûr. L’économie continue de tourner au ralenti et rien ne permet d’entrevoir les prémisses d’un retour à une forte croissance.

Concernant les chiffres du chômage, le département du Travail avait annoncé la création de quelques 80 000 emplois le mois dernier, des chiffres très en deçà de ceux attendus par les marchés. Du coup la FED table désormais sur un taux de chômage autour de 8%, relevant ainsi ses prévisions.

Le FMI revoit quant à lui à la baisse ses prévisions économiques aux États-Unis, et estime que le taux de croissance devrait se situer aux alentours de 2% en 2012 et 2,3% en 2013. Rappelons qu’en début d’année, les plus optimistes tablaient sur un taux de l’ordre de 3%.

Le Fonds Monétaire International craint par ailleurs que l’économie américaine soit nettement plus exposée aux dettes des pays de la zone euro. En cas d’aggravation de la crise des dettes souveraines, l’Europe pourrait en effet baisser ses importations en provenance d’outre-Atlantique.

Pour terminer ce tour d’horizon, rappelons que l’immobilier reste toujours un secteur à la traine. Les prix continuent de stagner alors que la crise des subprimes est encore bien présente dans les esprits. Les banques américaines semblent avoir revu leurs critères d’analyse de risque et durci les règles d’attribution en matière de crédit immobilier.

Dans ce contexte, les États-Unis continuent donc à avoir besoin du soutien de leur banque fédérale, qui comme à son habitude se montre particulièrement présente en temps de crise.

Le rôle prépondérant mené par la FED

A l’instar des banques centrales européennes, la réserve fédérale prend des décisions énergiques pour contribuer au redressement de l’économie. Ainsi, en décidant fin juin de poursuivre son programme de soutien décidé fin 2011, la FED montre toute sa détermination, même si certains lui reproche d’avoir suspendu le rachat de la dette publique.

Toutefois, en maintenant son taux directeur à un niveau proche de zéro, la FED prouve que sa politique monétaire est plus volontaire que celle de la  Banque Centrale Européenne qui elle se montre plus prudente malgré la triple baisse des taux directeurs de la BCE qui sera favorable aux crédits à la consommation.

Comment interpréter la hausse des crédits à la consommation ?

L’encours global des crédits à la consommation dépasse des 2500 milliards de dollars en mai et si certains observateurs voient dans ces chiffres des signes encourageants pour l’économie américaine, d’autres au contraire semblent nourrir des inquiétudes.

Que penser ainsi de la forte progression du crédit renouvelable, considéré comme un des facteurs de surendettement. Celui-ci a progressé de plus de 11% sur le mois de mai (sa plus forte hausse aux États-Unis depuis 2007). Celle-ci pourrait être dû aux difficultés économiques auxquelles font face une partie de la population américaine contrainte de souscrire des réserves d’argent pour boucler leur fin de mois.

Mots clé:
© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus