Accueil » International » UBS sous contrôle accru des autorités suisses

UBS sous contrôle accru des autorités suisses

Mise à mal dans « l’affaire Abodoli » , UBS voit une partie des ses activités mise sous tutelle de la FINMA. Elle ne pourra plus dorénavant procéder à de nouvelles acquisitions et se verra imposer des limites de capitaux pour les activités de sa banque d’investissement.

Il faut dire que les banques suisses sont malmenées ces derniers temps. Après les menaces qui pèsent sur le secret bancaire, les accusations de fraude fiscale de la banque CREDIT-SUISSE, c’est donc au tour d’UBS d’être dans la ligne de mire des autorités après ses déboires avec son trader londonien.

L’épisode « Adoboli »

L'ex courtier d'UBS condamné par LondresLes fraudes commises par l’ancien trader d’UBS, condamné récemment à sept années de prison par les autorités de Londres, ont coûté la bagatelle de 1,8 milliards d’euros à la banque suisse.

Pendant 3 ans, ce courtier londonien a réussi à contourner toutes les procédures de contrôle. Mais après avoir engrangé d’énormes bénéfices, le trader a fini par subir des retournements de marché et commencé à perdre de l’argent jusqu’à atteindre la perte record de 2,3 milliards de dollars.

L’autorité des marchés britannique a de plus condamné UBS à verser une lourde amende de plus de 36 millions d’euros pour s’être montré défaillante sur ses systèmes de contrôle.

Les sanctions de la FINMA

L’autorité suisse de régulation des marchés financiers a fini par prendre des décisions importantes à l’encontre de la banque suisse.
Après avoir mis en avant les dysfonctionnements d’UBS dans « l’affaire Adoboli », la FINMA a décidé d’interdire à la banque de procéder à de nouvelles acquisitions. Cette dernière se voit également imposé des plafonds de capitaux pour les activités de sa banque d’investissement et ce, pour les trois années à venir.

Elle devra également en référer à la FINMA pour toute initiative commerciale importante liée à sa banque d’investissement.

La réaction d’UBS

UBS s’est dit satisfaite que la page soit enfin tournée et a précisé prendre les mesures correctives nécessaires pour que ces incidents ne se reproduisent plus.

La banque a parallèlement mis en place des plans de réduction drastiques de ses coûts. En octobre dernier, elle a voté un nouveau plan social visant à supprimer près de 10 000 emplois dans sa division banque d’affaire portant à 13500 le nombre total de postes supprimés.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus