Accueil » Actualités » Les banques augmentent leurs fonds propres

Les banques augmentent leurs fonds propres

Une directive de l’Autorité Bancaire Européenne avait fixé une première étape à fin juin aux banques pour reconstituer leurs capitaux propres. L’examen semble réussi et permet d’espérer que l’étau du crédit pourra se desserrer.

Le contrôle de l’autorité bancaire européenne

Face aux graves difficultés bancaires de 2008, l’Union Européenne avait créé le 24 novembre 2010, l’EBA (European Banking Authority) afin de réformer le système de contrôle du système financier et éviter ainsi les dérives que la crise a fait éclater au grand jour.

L’Autorité Bancaire Européenne est donc chargé d’harmoniser les règles de fonctionnement à l’échelle européenne et exerce un contrôle sur toutes les banques de l’union.

C’est dans le cadre d’une de ses directives que l’EBA avait exigé des banques qu’elles détiennent un niveau minimum de fonds propres avec un premier objectif à fin juin 2012.

Un bilan satisfaisant pour le président de l’ABE

Le rapport de l’EBA  a publié en date du 11 juillet son rapport de synthèse faisant un point d’étape sur l’initiative TSA visant à faire respecter le premier  ratio de fonds propres.

Le rapport rappelle que « l’innovation financière » a eu pour effet d’aggraver les effets d’une crise due en partie à la hausse du volume de crédit (référence faite aux subprimes américains) à une époque où la croissance autorisait bien des écarts.

Le chemin parcouru par les banques depuis maintenant un an et demi satisfait pleinement le président de l’EBA,  Andrea Enria, qui estime que la situation s’est nettement améliorée avec 230 milliards d’euros de fonds propres supplémentaires sur la période.

La situation finale ne sera toutefois connue qu’en septembre prochain.

Sept banques ont recours aux fonds publics

Le conseil européen du 26 octobre 2011 avait donné son feu vert à une éventuelle intervention publique visant à aider les banques qui auraient du mal à atteindre l’objectif fixé par la directive de l’ABE.

C’est ainsi que le gouvernement chypriote était intervenu pour recapitaliser la Bank of Cyprius et Cyprus Popular. On se rappelle que pour y parvenir, le gouvernement de Chypre a demandé une aide financière à la Russie.

C’est également le cas pour d’autres banques européennes mises à mal par la crise, parmi lesquelles se trouve une banque slovène, une banque italienne et trois banques portugaises. Rappelons que les banques grecques et espagnoles font l’objet d’un traitement distinct compte tenu des graves difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Quelles conséquences sur le crédit ?

Beaucoup d’économistes estiment que les banques ont volontairement resserré leurs conditions d’accès au crédit afin de privilégier la reconstitution de leurs fonds propres, expliquant ainsi l’aversion au risque dont elles font preuve depuis de nombreux mois.

C’est ainsi que les services des engagements se montrent de plus en plus exigeants quant à la qualité de l’emprunteur et que la durée moyenne des prêts immobiliers ne cesse de baisser.

Le nombre de crédits aux particuliers a par ailleurs fortement chuté en mai dernier, alors même que les emprunteurs se trouvent affaiblis par la limitation des aides à l’accession et   que le marché de l’immobilier se trouve toujours au plus haut.

Le marché du crédit aux professionnels ne se porte guère mieux. Le nombre de recours au médiateur du crédit ne cesse de grimper et met en évidence les difficultés de trésorerie auxquelles sont confrontées les entreprises françaises.

Dans ce contexte morose, le rapport de l’ABE fait naître l’espoir d’une amélioration du financement à l’économie.

Mots clé:
© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus