Accueil » International » Les taux italiens et espagnols à nouveau à la hausse

Les taux italiens et espagnols à nouveau à la hausse

Si les taux italiens et espagnols s’étaient nettement détendus après les dernières déclarations de Mario Draghi, la séance de vendredi a sans doute rappelé qu’il fallait plus que de simples paroles pour inverser la tendance sur le marché obligataire des deux pays.

Les marchés attendent des actes et non des discours

Il ne fait aucun doute que les bonnes intentions ne suffisent plus. Le discours rassurant et volontaire du patron de la Banque Centrale Européenne sur une éventuelle intervention n’aura pas eu d’effet durable sur le niveau des taux obligataires de l’Espagne et de l’Italie.

La baisse avait été alors saluée par les marchés mais vendredi, le taux 10 ans de l’Espagne est remonté à 6,907% et celui de l’Italie à 5,903%. Cette remontée augure t-elle une nouvelle tendance haussière ? Oui, si l’on en croit la presse économique.

L’Espagne et l’Italie : des dettes et des doutes

La situation des deux pays fait apparaître des difficultés communes : endettements démesurés, économies en récession, taux obligataires anormalement élevés et des plans de rigueur quasi insoutenables. Mais les comparaisons s’arrêtent sans doute là. L’origine et le niveau de la dette diffèrent. Quand l’Espagne sortait de la récession il y a deux ans, l’Italie continuait à s’endetter à tout va.

L’Espagne écarte toute intervention de la BCE

5ème économie de la CEE, l’Espagne a vu en juin sa dette atteindre 72% du PIB, en hausse de près de 9% sur un an. C’est certes nettement moins que l’Italie mais au dessus de l’objectif européen de 60%. En récession depuis le début de l’année, l’Espagne avait été contrainte d’accepter une aide financière de 100 milliards d’euros pour sauver ses banques.

N’empêche ! le gouvernement espagnol ne veut pas entendre parler d’une intervention sur sa dette qui aurait pour conséquence d’accroitre des mesures de rigueur déjà très mal acceptées dans le pays.

L’Italie face à un endettement démesuré

La situation de l’Italie est plus préoccupante que celle de l’Espagne. Sous tutelle du FMI, le pays a très peu de marge de manœuvre. Avec une dette à hauteur de 120% du PIB, on se demande comment vont faire les italiens pour sortir de la crise.

Pourtant, les efforts de rigueur entrepris par l’Italie depuis l’arrivée de Mario Monti sont loués par tous ses partenaires européens qui reconnaissent que le gouvernement fait le maximum pour améliorer la situation…avec le peu de moyens dont  il dispose.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus