Accueil » Actualités » Le secteur bancaire français mis à mal par standard and poor’s

Le secteur bancaire français mis à mal par standard and poor’s

Une situation controversée

Décidément, il ne se passe plus une semaine sans que le secteur bancaire ne fasse parler de lui. Après les dégradations opérées en début d’année, ce ne sont pas moins de 10 banques qui se vu placées sous perspective négative.

Parmi elles, plusieurs banques françaises dont la BANQUE POSTALE, Le groupe BANQUES POPULAIRES-CAISSE D’EPARGNE, le CREDIT-MUTUEL, le CREDIT-AGRICOLE et la SOCIETE-GENERALE. BNP-PARIBAS quant à elle, a vu sa note à long terme dégradée d’AA- (la deuxième dans l’échelle de Standard and Poor’s) à A+. Rappelons que les notes de crédit de l’agence S&P vont de AAA pour la haute à D qui correspond à un défaut de paiement.

Les marchés ont sanctionnés vendredi 26 les trois grands groupes bancaires français : BNP Paribas perdait 1,26% à 39,125 €, SOCIETE GENERALE et CREDIT AGRICOLE lâchaient respectivement 0,98% à 24,64 € et 1,93% à 5,885 €.

Quels risques pèsent réellement sur les banques françaises ?

Les banques françaises vont elles bien ?La question soulèverait plus d’inquiétude si elle concernait certaines banques étrangères. Disons-le sans ambages : les banques françaises sont solides.

  • BNP-PARIBAS possède des ratios de solvabilité supérieurs aux minimums exigés par les organismes de régulation. Elle a su à l’instar des autres banques françaises augmenter sensiblement ses fonds propres. Pourtant, on se souvient des rumeurs infondées de septembre 2011 qui avaient fait croire que la banque avait du mal à se refinancer. Les marchés s’en étaient inquiétés et l’action avait plongée de 10% avant que la valeur ne se reprenne de manière spectaculaire.
  • Véritable banque coopérative, le CREDIT AGRICOLE est en passe de se débarrasser enfin de son boulet grec, Emporiki qui a tant pesé sur ses résultats ces dernières années. Avec 7 millions de sociétaires, la banque envisage de passer le cap de 10 millions d’ici peu.
  • La SOCIETE GENERALE a quant à elle entrepris de gros efforts pour se restructurer. Elle s’est débarrassée d’actifs encombrants et mis en place un plan de réduction drastique des coûts, visant à réaliser 4 milliards d’économie.

Vers un retournement du marché immobilier en 2013 ?

Retournement du marché de l'immobilier en 2013Sur le plan de l’immobilier, l’année 2012 sera certainement une des années les plus noires ce qui n’exclut pas que le pire soit à venir. En effet, beaucoup craignent un retournement du marché.

Deux paradoxes rappellent que la situation n’est pas saine :

  1. Alors que les crédits coûtent peu chers, le volume d’activité ne cesse de baisser.
  2. La baisse du nombre de transactions et de la demande s’effectuent dans un contexte de prix toujours à la hausse.

Un brusque retournement des prix aurait de nombreuses conséquences. Il impacterait de manière négative de nombreux acteurs comme les banques même s’il permettrait d’apporter un peu de fluidité à un marché qui en manque cruellement et rendrait ainsi accessible certains logements. Il faciliterait l’accès à la propriété aux primo accédants qui ne disposent pas de capital.

Les quelques mesures envisagées comme le nouveau dispositif fiscal DUFLOT ne devrait rien changé et 2013 s’annonce sous les pires auspices.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus