Accueil » Autres prêts » Obtenir un prêt immobilier quand on est en intérim

Obtenir un prêt immobilier quand on est en intérim

pret immobilier pour intermittents du spectacle

L’analyse de risque implique au banquier d’étudier attentivement chaque élément qui compose votre demande. Avant d’octroyer un crédit immobilier à un intérimaire, il va sans dire que ce dernier va vérifier que l’incertitude qui pèse sur votre activité professionnelle ne rend pas le risque de défaillance trop important.

banques qui financent un interimaire

Cela signifie aussi qu’il est possible d’obtenir un prêt immobilier en travaillant en tant qu’intérimaire, à condition de présenter toutes les garanties nécessaires. Pour cela, il faut que tous les éléments qui composent votre dossier soient au vert : bonne tenue des comptes bancaires, relative ancienneté dans l’activité, apport personnel suffisant. Il va sans dire que le niveau de l’endettement ne devra pas dépasser un tiers des revenus.

Sachez de plus que la banque procédera à une analyse détaillée de votre activité professionnelle. La décision sera différente suivant votre situation.

Si vous travaillez en intérim depuis dix ans et sans aucune interruption, ce sera nettement plus facile de financer votre projet que si vous venez juste de signer votre premier contrat.

Les différents profils d’emprunteur

Couple avec un CDI

Comparer les prets immobiliers pour interim

C’est la situation la plus favorable. Si vous empruntez à deux et que l’un d’entre vous bénéficie d’un contrat à durée indéterminée, c’est un bon point dans votre dossier. Le problème se pose évidemment lorsque le salaire de celui qui est en intérim est nécessaire pour obtenir le crédit immobilier.

Les banques se montrent plus souples quand la contribution aux revenus du couple est plus importante chez celui qui se trouve en CDI. Si par exemple, 70% des revenus proviennent du contrat à durée indéterminée, le dossier aura pas mal de chances d’aboutir. Evidemment si les mensualités ne dépasse pas 33% des revenus du membre du couple qui se trouve en CDI, le dossier a toutes les chances d’être accepté.

Couple sans CDI

La situation est moins favorable que pour le cas précédent. Il faudra montrer une relative stabilité professionnelle pour faire aboutir la demande. Un apport personnel sera également indispensable. Chaque cas étant différent, il est difficile d’avancer des chiffres tant les critères d’acceptation varient d’une banque à l’autre et même d’une région à l’autre. Comptez toutefois, outre le financement des frais annexes liés à l’achat (frais de notaire et de garantie), un minimum de 10 à 15%.

Il est nécessaire que le risque de crédit ne repose pas sur la totalité du bien sur lequel porte l’opération. Si par exemple, le montant que vous empruntez se limite à 50% de l’acquisition, le banquier a de quoi voir venir en cas de difficulté. Il sait qu’en dernière extrémité, la vente du bien couvrira le capital restant dû, même en cas de baisse importante de la valeur du logement.

emprunter avec un travail irregulier

Emprunteur seul

C’est le cas le plus difficile et il faut avouer que la plupart des banques refusent aujourd’hui d’accorder un crédit immobilier à un intérimaire qui emprunte seul. Une fois de plus, si vous pratiquez l’intérim depuis de très nombreuses années et que vous n’avez observé aucune période d’inactivité, la banque pourra considérer que le risque est maîtrisé. Il sera néanmoins nécessaire de disposer d’un apport suffisant et avoir un taux d’endettement bas.

Les banques qu’il faut contacter

Les banques de réseau

Les banques traditionnelles sont généralement plus exigeantes que les établissements spécialisés. Encore une fois, tout dépendra de la qualité de votre dossier. Aujourd’hui dans un contexte de crise généralisée, les banques doivent appliquer les accords dits de « Bâle III » qui les contraignent à limiter les risques de crédit.

Les établissements de crédit

La disparition programmée du Crédit Immobilier de France en août dernier fut un coup dur pour l’accession sociale car ses conditions d’acceptation permettaient d’accorder un prêt immobilier aux intérimaires lorsqu’un certain nombre de critères étaient remplis. Aujourd’hui, il ne reste guère que le « Crédit Foncier » pour assurer ce rôle avec des conditions moins souples que le CIF.

Notre conseil : la caution d’un tiers

En dernier recours, vous pouvez proposer à la banque de garantir le prêt immobilier par une caution solidaire. Les revenus des cautionnaires devront cependant être suffisants afin d’assurer à l’organisme prêteur le paiement des échéances en cas de défaillance des emprunteurs.

Autres articles en rapport:

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus