Accueil » Actualités » Recapitalisation bancaire : les enjeux

Recapitalisation bancaire : les enjeux

La future instance de supervision bancaire aura du pain sur la planche avec le délicat chantier de la recapitalisation des banques de l’Union Européenne. Encore faut-il que tous les Etats se mettent d’accord sur les détails et le calendrier final.

6000 banques sous contrôle

Instance de supervision bancaireLa future institution dispose d’un an pour être opérationnel, ce qui ne sera pas de trop si elle veut être capable de contrôler les six mille banques de l’Union et diriger la nécessaire recapitalisation bancaire que mènera le Mécanisme Européen de Stabilité (MES).

La nouvelle institution exercera son autorité sur tous les établissements bancaires et ne se limitera donc pas aux banques « systémiques » comme ce fut un moment envisagé. Ces dernières font toutefois l’objet d’une attention particulière dans la mesure où leur éventuelle disparition fait peser un risque important au système financier et à l’ensemble des économies.

A la demande de l’Allemagne, une exception pourrait toutefois être faite pour certains établissements locaux. La Chancelière allemande, Angela Merkel défend notamment les nombreuses caisses d’épargnes d’outre-Rhin – les « Sparkassen » – et les « Landesbanken » qui sont des banques régionales appartenant aux  « Landers« , c’est à dire aux régions et aux caisses d’épargne.

Mais la mise en place de l’institution se fera selon le calendrier souhaité par l’Allemagne plutôt que celui envisagé par la France. Celle-ci devrait voir le jour avant la fin de l’année mais le déploiement de son action se fera graduellement et la supervision bancaire ne sera effective que début 2014.

Recapitaliser les banques : une nécessité

Recapitaliser les banques de l'Union EuropéenneLa recapitalisation de l’ensemble du secteur bancaire est un processus qui a déjà démarré puisque l’Espagne et l’Irlande ont demandé une aide financière de la part de l’Union Européenne pour y parvenir. Ces pays pourraient bénéficier alors d’un traitement à part en bénéficiant d’une application rétroactive.

Actuellement, les capitaux propres des grands groupes bancaires représentent 10% de leurs ressources, ce qui se révèle nettement insuffisant pour faire face à une éventuelle crise systémique. Par ailleurs rappelons que les accords dits de « Bâle 3 » qui avaient pour objectif de renforcer les systèmes financiers ont permis d’imposer une augmentation des fonds propres. Les banques de l’Union doivent d’autre part atteindre progressivement un ratio de solvabilité de 10,5% en 2019.

Recapitaliser les banques est devenu une évidence même si des divergences subsistent sur le fond  entre certains dirigeants. Par ailleurs, en dehors de l’UE, plusieurs instances internationales avaient appelé les européens à agir. Dès 2011, l’OCDE avait considéré urgente l’action des européens de recapitaliser les banques pour enrayer la contagion et plus récemment c’est le FMI qui s’est exprimé par l’intermédiaire de Christine Lagarde.

© 2012 Fil du crédit | Agence web CUBE
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus